Le voyage de Teddy (part. 13)

Installés sur des petits tabourets, Teddy et Merokee patientent en dégustant une tartine de sirop d’érable. Un grognement sourd leur fait lever la tête. À peine moins large que l’encadrure de la porte par laquelle il vient d’entrer, un gros ours au poil blanc les dévisage avec bonhommie. « Ah, je vois qu’Emilia essaye de se faire pardonner en vous faisant goûter notre spécialité locale, s’exclame-t-il à leur adresse. À moitié cachée par sa taille imposante, l’intéressée n’en mène pas large. S’avançant vers Teddy, l’oursonne dépose devant lui le pot de miel de son grand-père : la voleuse s’est démasquée !
– Je suis désolée, j’ai cru que le sac était abandonné, et quand ton ami est arrivé, j’ai paniquée et je me suis enfuie avec le miel et puis comme je n’osais pas le garder, j’en ai parlé à Oursdur, dit-elle très vite.
– Oursdur !, s’exclame Teddy. Mais c’est à lui que je dois justement offrir ce miel ! Où est-il ?
– Devant toi, en chair et en os, s’exclame l’ours blanc. Je commençais presque à m’inquiéter, car la lettre de Grapèrou m’annonçant ta venue est arrivée depuis longtemps !

S’avançant alors vers lui, Teddy place le petit pot de miel entre ses énormes pattes.
– Merci pour ce présent mon enfant, dit-il en regardant Teddy avec douceur. Je crois que ce n’est pas à moi que ton grand-père a fait le plus beau cadeau. Dans sa lettre, il te décrit comme un ourson timide et rêveur. Et devant moi, il y a un ours sûr de lui. En t’embarquant dans ce voyage, Grapèrou avait autre chose en tête que me faire parvenir ce miel. Je crois qu’il voulait que tu ne rêves plus ta vie, mais que tu commences à la vivre !

Surpris Teddy réalise alors qu’il y a déjà plusieurs semaines qu’il ne s’est plus imaginé espion britannique ou chevalier en armure. Curieusement, il ne ressent aucun manque : il n’a plus qu’une envie, profiter de ses amis et découvrir avec eux de nouvelles choses.
– Reste parmi nous, lui propose Oursdur. Je sens qu’il y a d’autres aventures qui t’attendent dans notre pays.
Du coin de l’œil, Teddy aperçoit le sourire que lui glisse Emilia, alors que Merokee, lui fait une petite tape dans le dos du bout de l’aile.
– Je reste, s’écrie Teddy enthousiaste.

Quelques heures plus tard, perché sur un arbre avec ses deux nouveaux amis, Teddy regarde le soleil se coucher sur l’immense forêt silencieuse. Un sentiment de bien-être l’envahit : oui, la vie lui réserve sûrement encore de belles surprises !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s